« Rattrapante » By COSMOGRAF

« Rattrapante » By COSMOGRAF

Mais où allez vous nous amener cette fois encore Mr ‘Cosmograf’ ?  

Dés l’ouverture, le décor se pose : base de clavier atmosphérique, guitare larmoyante en fond ‘mode solo’, des murmures puis une voix lance un « ARE YOU READY ? » du meilleur  effet et initie un spectacle de mille feux qui nous ravira durant cinquante minutes bien comptées.

Dans l’état le maestro ne démérite pas même si son univers  demeure sensiblement toujours le même, coincé entre un Pink Floyd sauce Waters, une  mélancolie issue des seventies et un rock brut et électrique.  Ceci  dit la magie opère encore et la sauce ‘prog’ prend  même un nouvel essor grâce à un sens maniaque du détail et des  détails, comme vous l’entendrez, il y en a pléthores et toujours du plus bel effet !

ROBIN AMSTRONG ALIAS "COSMOGRAF", pour la scène et les initiés,
les autres, passez votre chemin!

Un brin de mystère limite malsain issu de « The Hey-Man Dreams », quelques petites pincettes d’un rock rock brut mélodique de « Mind Over Depth », un enrobage mélancolique presque vintage du mielleux « When Age Has Done… » et des nappes-ritournelles mélodiques provenant des lointaines galaxies de « The Man Lef In The Space », voilà l’essence même de « Rattrapante ».

Alors que vaut « Rattrapante » au sein de la discographie conséquente de Mr Robin AMSTRONG ? (les spécialistes noteront que trois albums manquent ici à l’appel)

 Un immense album glossaire de l’intégralité de l’oeuvre de COSMOGRAF, une pièce maîtresse ‘testament’ (comme on se plait à le dire)  que chaque amateur de rock se doit de connaître, « Rattrapante » incarne tout cela.  Après le TEMPS , thème récurrent de sa discographie, fera son oeuvre et certainement le confirmera.

Bonus : Non content de faire preuve d’une fièvre créative aigüe, le Cosmograf en chef a fondé une maison de disque indépendante , Gravity Dream, proposant également outre sa discographie et ses goodies d’autres artistes tel que ‘The Bardic Depths’, ‘Arrival’, ‘Echo Rain’ et ‘Grumble wood’.

Laisser un commentaire